mercredi 3 juillet 2013

Marle, Festival de l'Histoire Vivante 2013



NULLE PART AILLEURS !!!

C'étaient les 29 et 30 juin dernier., c'était un évènement exceptionnel.
Par le lieu : Marle est un parc archéologique arborisé au sein duquel une ferme mérovingienne et un village franc ont été entièrement reconstruits !
Par sa taille : 420 reconstituteurs et artisans. Ce nombre en soi n’est pas si élevé. Mais pour un thème aussi pointu, il a fallu recruter dans toute l’Europe !
Par son thème : Cette année, en sélectionnant l’Antiquité tardive et les peuples barbares, c’est une période jamais abordée dans une telle ampleur.
Par son ambiance. C’est une reconstitution de village du Haut-Moyen-Âge qui, l’espace de quelques jours revit l’environnement des grandes migrations, l’effervescence des veilles de batailles. On y parle toutes les langues, et le lieu étant devenu mythique pour tous les acteurs de la reconstitution, toutes et tous ont mis le plus grand soin à la préparation de l'évènement.
Et c'est aussi le lieu des retrouvailles. Dispersées aux quatre coins de l'Europe, nous n'avons pas souvent l'occasion de nous rencontrer, de discuter et de comparer nos expériences respectives. 
Et c'est donc aussi le lieu d'une belle fête!
Le prince de Sutton-Hoo et sa garde rapprochée, prêts à se rendre aur le champ de bataille (Ulfhednar, D, GB, PL, SK). Fidèlement reconstituée d'après les sépultures, ce groupe montre un prince saxon entouré de ses fidèles. Sutton Hoo, situé près de Woodbridge est un site archéologique où ont été découverts un cimetière et un bateau funéraire saxons. Une des plus importantes découvertes de Grande Bretagne.
 Et pour cette édition c’était donc l’armée romaine tardive qui allait s’affronter aux peuples germains. Les Alamans, Francs, Wisigoths, Saxons, Burgondes et autres Thuringiens ou Sarmates étaient au rendez-vous.
Mais tous n'étaient pas des princes. Ici, la troupe locales des "Francs de Marla Curtis" sur pied de guerre. Le seul homme casqué et portant l'épée peut être interprété comme un sous-officier de l'armée franque. Si Marla Curtis est l'ancien nom de Marle, le village franc entièrement reconstitué du Musée des temps Barbares est celui de la commune proche de Juvincourt-et-Damary. Les villageois s'armaient de haches de jet et de sabres courts.
La reconstitution historique, c’est avant tout chercher à reproduire un environnement aussi proche que possible de ce qui devait être à l’époque concernée par le thème. Si bien évidemment les conditions sociales ne peuvent plus être reproduites, l’accent sera mis sur les équipements, les techniques artisanales, ou encore sur les méthodes et tactiques de combat en ce qui concerne les guerriers. Les historiens et archéologues sont nombreux au sein des troupes ou parmi les artisans, et cette forme de reconstitution ajoute ainsi une annexe par l’expérimentation au vaste champ de recherches constitué par la fouille et l’étude du mobilier des tombes ou des habitats. Archéologie expérimentale et reconstitution historique font bon ménage. 
Casques saxons (Ulfhednar). Restituer de tels objets tient de la performance.  Le plaquage des feuilles d'argent et d'or sur une pièce d'acier forgée nécessite autant de talent de la part du  forgeron que de l'orfèvre.


Les guerriers germains forment un mur de boucliers...
L'armée romaine se met en ordre de bataille. Contrairement aux germains, la plupart des hommes sont casqués. et équipés de protections individuelles, et sont équipés d'épées ou de lances

Essentiellement dédié à la confrontation entre l'armée romaine tardive et les germains, cette édition du festival avait pour point d'orgue la reconstitution de deux grandes batailles scénographiées. Chorégraphiées par Damien Deryckère de latroupe des Herculiani et orchestrée par Benjamen Franckaërt de la troupe Laetavia, elles ont formé un spectacle que beaucoup ne sont pas près d'oublier!
Ce genre d'affrontement peut être dangereux si il est mal organisé. Les armes sont le plus souvent réelles, mais émoussées. Seules les haches de jet sont factices. Par contre, les charges et les mouvements sont bien réels, et trop d'ardeur peut mettre à mal le scénario...
L'armée romaine en marche. On ne connaît pas la notion d'uniforme chez les romains. Les motifs et les couleurs, "l'épistème"des boucliers permet de se reconnaître, et l'étendard de se regrouper.
Après la prise du fort par les Germains...
...l'armée romaine contre-attaque. L'adversaire opposant une farouche résistance, la ligne s'est brisée en trois affrontements distincts. 

Bien que ce genre d'affrontement soit soigneusement scénarisé, chaque troupe se met un point d'honneur à tester se techniques de combat en formation, et les poussées de boucliers ou les charges provoquent une évolution imprévue de la bataille. Mais c'est ça aussi la reconstitution. Comprendre comment fonctionnait une troupe militaire, étudier des tactiques, s'entraîner, puis tester sur le terrain...
Le résultat a été vraiment saisissant

Mais Marle, ce n'est pas seulement la bataille, c'est aussi le camp et sa vie...La journée, les spectateurs peuvent y voir les artisans au travail, admirer les panoplies des guerriers ou discuter cuisine ou costumes. Chaque détail est soigné, on y forge, on y tisse et on cuisine au chaudron ou dans des pots de terre, et tout objet moderne est banni.
Palabres...
Le camp du Clan del Cuervo (SP)
 
Derrière les fours, l'atelier du potier...


Trognae
Quelques portraits...
Rudericus et un de ses acolytes (Herculiani, FR)
Patrick, cavalier cataphractaire. (Les portes de l'Histoire, FR) Les cataphractaires sont des cavaliers cuirassés. Hommes et chevaus portent l'armure d'écailles. En formation, ils sont aussi redoutables qu'une division de panzers. Ce sont les précurseurs de la chevalerie médiévale.
Michel"Loup Gris" et Cédric des Limitis (FR). On observe l'armée romaine... Inquiétudes?
Le prince de Sutton Hoo et le commandant de sa garde s'équipant avant les représentations. ( Ulfhednar GB)
Rudolf  "Red Wulf" (Ulfhednar SK), en farouche guerrier saxon assurant sa garde...
Et un fois les visiteurs repartis, on fait la troisième mi-temps autour de quelques (...) bières.
Les nuits sont toujours très longues à Marle...


Et surtout un grand Merci à Alain Nice, Direteur du Musée des temps Barbares, ainsi qu'à tous ses collaborateurs et aussi tous les bénévoles pour leur organisation sans faille
Un grand merci aussi à la commune de Marle, qui non seulement assure un partie du financement, mais aussi met à disposition des moyens techniques considérables.
Et un grand merci aussi à tous les acteurs de cette belle fête qu'on est pas près d'oublier!
Marle est maintenant devenu un lieu mythique et le restera!

On se réjouit déjà de l'édition 2015!

D'autres photos sont disponibles ici:

Les albums des photographes professionnels ne sont pas encore disponibles. Je mettrai les liens dès qu'ils le seront.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire